top of page

Ville Lumière: Taxco au Mexique


Traducción y adaptación: Yann Bultez


Le Mexique possède de magnifiques paysages qui méritent d'être visités, comme Taxco de Alarcón, située au nord de l'État de Guerrero, un endroit idéal pour ceux qui recherchent des paysages coloniaux.


Cette ville a obtenu plusieurs distinctions et reconnaissances au niveau national et international, faisant partie de la liste des Pueblos Mágicos (Villages magiques) depuis 2002 (reconnaissance qui est accordée aux lieux de grande valeur et richesse historique, touristique et culturelle pour l'identité mexicaine). De plus, elle a été reconnue comme Ville Lumière en 2012 par la Communauté Internationale de l'Eclairage Urbain (LUCI), une initiative née dans la ville de Lyon en 2002, en raison du caractère inédit et innovant de son système d'éclairage public dans les monuments historiques, Taxco étant l'une des 4 villes mexicaines ayant cette distinction.

Taxco de Alarcón - Mexico Travel Channel

Outre ces reconnaissances, Taxco a été le théâtre de moments importants de l'histoire mexicaine. Depuis l'époque préhispanique, des colonies de différentes cultures se sont partagées l'immensité de l'espace de la ville, transformant le territoire en zone stratégique du fait d'être le point de connexion entre l'océan Pacifique (les côtes du port d'Acapulco, dans l'État de Guerrero), avec México dans le centre du pays, raison pour laquelle les peuples appartenant à ce territoire ont été soumis par le joug mexica ou aztèque. Ce n'est que lors de la conquête espagnole au XVIème siècle que la ville a été unifiée sous le nom de Taxco, qui vient du mot nahuatl "tlachco" / "tlacheco" (signifiant "jeu de balle/ lieu où l'on joue à la balle").


C'est à cette époque qu'ont débutés la célébration et la représentation de la Semaine Sainte, toujours en vigueur après 400 ans de tradition. De même, au cours de cette période, divers personnages ont émergés, qu'il s'agisse d'Espagnols attirés par la richesse de Taxco en métaux précieux, ou de Créoles (espagnols nés en Amérique) et de métis de la ville, qui ont excellés dans diverses disciplines du savoir et des arts, dont on se souvient encore aujourd'hui, comme Don José de la Borda connu en français comme Joseph Gouaux de Laborde, un mineur français, à qui l'on attribue le financement de l'église de Santa Prisca ; Laureana Wright González, écrivaine et poète de Taxco, précurseure dans la lutte pour l'égalité des femmes, et Juan Ruíz de Alarcón y Mendoza, dramaturge renommé appartenant à l'Âge d'or espagnol, pour n'en citer que quelques-uns.


Christ monumental de Taxco - Daniel Cruz

Au XIXème siècle, Taxco, également appelée Ciudad de la Plata ou Ville de l’Argent, a été témoin du mouvement d'indépendance vis-à-vis de la couronne espagnole, puisque c'est dans ses couvents qu'a été rédigée la première ébauche du Plan de Iguala (1821), un document qui reconnaissait l'indépendance du territoire mexicain vis-à-vis de l'Espagne et établissait un gouvernement par et pour les Mexicains. Enfin, en 1827 et en hommage à Juan Ruíz de Alarcón y Mendoza, Taxco a changé de nom pour devenir Taxco de Alarcón.


De nos jours, Taxco de Alarcón accueille un grand nombre d'événements internationaux tels que la Descente de la Montagne en motocross, le Festival de l'argent où divers artisans se réunissent pour montrer leur savoir-faire avec le noble métal ; ainsi que les "Jornadas Alarconianas" ou “Journées alarconiennes”, un festival plein de poésie, de représentation théâtrale et de l'essence bohème du Siècle d'Or espagnol. De même, dans ses lieux d'intérêt, nous avons le Christ monumental de Taxco, une très belle sculpture de 18 mètres de haut ; ou l'église de Santa Prisca, pièce emblématique de cette ville magique. Ainsi, en raison de toutes ses richesses culturelles, artistiques et historiques, de la chaleur de ses habitants et de la reconnaissance de l'esprit mexicain pour aller de l'avant et dessiner un avenir meilleur, Taxco est une ville qui mérite d'être visitée.



6 vues0 commentaire

Association hispanique pour la gestion et la production culturelles 

bottom of page